lundi 24 avril 2017

Entre nous...






















Suaves visiteurs, nous sommes revenus, nous sommes aussi repartis. Retour définitif mercredi :)

Soyez suaves. 

dimanche 16 avril 2017

Une caresse avant de se quitter.


































C'était le 121e numéro de "Soyons-Suave Weekend" et ce fut un plaisir. Comme d'habitude...

Et sur ce nous nous éclipsons une petite semaine. Soyez suaves.


L'idée collection du weekend.

Parce qu'on ne peut pas éternellement empiler des boites de camembert et décoller des timbres, "Soyons-Suave Weekend" vous suggère de temps à autre de suaves idées à collectionner, de quoi occuper votre temps libre et épater vos amis tout en restant suave. 


































S'il est une collection dont nous devions vous parler en ce weekend pascal, c'est indubitablement celle qui consiste à courir après ce charmant petit mammifère herbivore qu'est le lapin, et par courir derrière, nous n'entendons pas en vert camouflage avec un fusil, alors que la brume matinale se dissipe dans le bocage normand. 

Précaution d'usage : nous vous avons maintes et maintes fois répétés combien la collection reposant sur des animaux est une affaire sensible, qui peut vite faire basculer votre intérieur en cauchemar. Une fois encore, clamons combien un angle est absolument nécessaire. Dans le cas du lapin, nous en avons deux. 







































Sans doute parce que c'est une boule de poils trop mignonne avec ses grandes oreilles et sa queue en pompon, le lapin n'a cessé, depuis son apparition qui est concomitante à celle de la carotte, de fasciner, à travers les âges et les océans. On l'apprécie autant en terrine qu'en masque dogon, on l'honore sur des pièces de monnaie et des affiches. Le lapin est partout. 

Cette prolifération du lapin n'est évidemment pas un point positif pour celle ou celui qui déciderait de lui consacrer une étagère du salon, une chambre ou pourquoi pas un musée. Quoi choisir ? Que chercher ? Où aller ? Et nous n'évoquerons même pas les questions subsidiaires telles que "Le lapin d'accord mais lequel ?" puisqu'il en existe plus d'une trentaine d'espèces et bien sûr : "C'est pas un lièvre plutôt ?", entendu ce matin encore chez notre boucher. 



































Puisqu'en peinture, le lapin, cela a surtout été cela (voir ci-dessus), nous pensons qu'il serait légitime, en plus d'aimable, de se concentrer sur la représentation picturale de notre ami à longues oreilles. 

Nous avons fait quelques recherches pour vous et pouvons affirmer que cela se présente à priori comme une collection très accessible, peu onéreuse et très divertissante. On aime dessiner du lapin à tout âge et dans toutes les techniques. Illustrations : 































Créativité quand tu nous tiens, notons que le dernier exemple est dans l'esprit de Francis Bacon, ce qui tombe bien puisque la chair du lapin est toujours relevée par l'ajout d'un peu de fumé.

Maintenant que vous pouvez visualiser le mur de votre salon, égayé de pièces que votre ami brocanteur ou ce couple de vendeurs de foire à tout sera ravi de vous céder (et de voir disparaître à jamais), envisageons un second angle : le lapin DIY, autrement appelé "C'est moi qui l'ai fait !". 
























Ah la félicité de faire son propre lapin, en bois, en pâte feuilletée ou en guimauve. 

Et pour nos suaves visiteurs qui ne seraient pas bricoleur ni cuisinier, rappelons ce qui fonctionne toujours : le travail de la laine, de la fourrure synthétique et du tissu. Et avec le lapin, c'est presque une évidence. Illustrations : 












Irrésistible, non ? Sans oublier que vous pouvez, aussi, utiliser vos aiguilles et votre agilité pour rendre heureux un lapin !



Vous êtes à présent armés pour débuter ce qui sera, peut-être, la passion d'une vie. Attention bien sûr à l'excès : trop de lapins transforme vite un intérieur en clapier. 

Et sinon, à la moutarde, c'est très bien aussi. 

Que mange-t-on ce midi ?


































Un aspic d'agneau ? Pour Pâques, c'est trop beau !

Et maintenant dansons !



La touche Brazil sans laquelle un weekend n'est pas totalement suave nous permet de dire bonjour à Salome et de vérifier que même en castillan, rien n'arrête la vague. 

L'Instant Mode du Weekend.


































Ne serions-nous pas passés à côté de la combinaison sans manche bermuda en tricot avec nœud comme fermeture ? Ce qui ferait beaucoup tout de même...

C'est le weekend : soyons musical !
















Puisque vous allez vite comprendre que ce nouveau numéro de "Soyons-Suave Weekend" est résolument pascal, vous n'allez pas être surpris que les mp3, eux-aussi, apportent leur touche à cette célébration et en l'occurrence, apportent leur cloche. 

Nous aurions pu nous lancer dans une ode à "Ring my bell", qu'immortalisa en 1979 Anita Ward, au lieu de cela, nous vous proposons de plonger au coeur de Broadway avec l'hypothèse la plus à propos :  "Si j'étais une cloche", alias "If I were a bell" de l'inusable "Guys and Dolls". Suaves visiteurs, voici donc une nouvelle compilation monomaniaque. 





















Crée en 1950 et à l'affiche durant plus de 1200 représentation, "Guys and Dolls" était pourtant sur le papier un spectacle à haut risque puisqu'on allait y voir chanter et danser des gangsters, des poules de luxe et des soldats de l'Armée du Salut. 

Evidemment, Hollywood se précipita sur le phénomène. Produit par Samuel Goldwyn qui pouvait enfin montrer ses "Goldwyn girls", réalisé par Mankiewicz et avec en tête d'affiche l'acteur le plus en vogue du moment dans son premier rôle musical, Marlon Brando, (et un vétéran du nom de Frank Sinatra), l'adaptation devint le plus gros succès de 1956. 



Chose plutôt rare, ce sont les véritables voix de Jean Simmons et Brando qu'on peut entendre dans le film, quand généralement on doublait quiconque n'était pas un chanteur professionnel à Hollywood.

"If I were a bell", dès qu'on l'entendit sur les planches, se mit à être enregistré à tour de bras ou de glotte et à la fin des années 50, il ne devait pas rester grand monde qui n'avait pas gravé cette ritournelle alcoolisée sur vinyle.


























En 1956, soit l'année de la sortie du film, Miles Davis enregistra "If I were a bell" dans une version évidemment instrumentale, qui fit entrer cette composition de Frank Loesser dans le monde merveilleux du jazz... et dont elle ne sortit jamais.

Nouvelle vie, nouveaux amis, nouveaux enregistrements, à l'image de ce qui arriva l'année précédente à "April in Paris" lorsque Count Basie s'en empara. Mais l'intérêt pour "If I were a bell" ne faiblit jamais. On en fit des versions Motown, des versions doo wop, des versions langoureuses et même des versions Petula Clark.



Le moment est donc venu de réviser vos classiques et vos suaves chanteuses favorites avec ce petit florilège de cloches qui va de l'interprète originale, Isabel Bigley à Jean et Marlon en passant par Ella, Sarah, Dinah (pour les "a) avec un crochet par Jo, Blossom et Shirley. 

La version des Miracles avec Smokey Robinson est une petite merveille, mais comme le sont les 12 perles suivantes : 

1. Isabel Bigley
2. Dinah Washington
3. Jo Stafford
4. Blossom Dearie
5. Ella
6. Petula Clark
7. Carmen McRae
8. Dinah Shore
9. Sarah Vaughan (live)
10. Shirley Bassey
11. The Miracles
12. Jean Simmons - Marlon Brando

Et pour télécharger tout cela au format zip, vous savez comment faire.



Mais avant de poursuivre, un café peut-être...






















Noir et sans sucre pour nous merci.

Vous n'allez tout de même pas sortir en cheveux ?


































Ce n'est pas parce que nous sommes dimanche qu'il ne faut pas faire un effort : Joan Crawford montre l'exemple et propose l'option "Soyons Pascals". 

Bienvenue dans "Soyons-Suave Weekend" !


































Comme chaque weekend, ou presque, ou vraiment presque, ou vraiment vraiment presque, Soyons-Suave devient "Soyons-Suave Weekend", c'est à dire la même chose mais en plus "fin de semaine", un supplément détente qui vous permettra, sans erreur, d'affirmer que, oui nous sommes samedi, crévindiou nous sommes dimanche.

Et au programme de ce 121e numéro pascal : un chapeau, une idée repas, de la mode, des mp3, une caresse, une idée collection totalement à propos, une touche Brazil et du café. 

De belles histoires, de douces musiques, de chatoyantes couleurs pour vos yeux. C'est le weekend. C'est "Soyons-Suave weekend" !


vendredi 14 avril 2017